Face-à-face logement

Le face-à-face logement 2017 c’était….

3 nuits d’enquête sur le terrain à Bruxelles (région)
250+ bénévoles encadrés par 22 chefs d’équipe
500 personnes rencontrées dans la rue
294 entretiens réalisés

Capture d_écran 2018-05-19 à 16.59.59
Parmi les actions de la campagne « 400Toits » visant à mettre un terme au sans-abrisme à Bruxelles: le « Face-à-Face pour un logement ». Action dont le but est de connaître au mieux les besoins des personnes sans-abri et pouvoir donc répondre de façon pertinente à cette problématique complexe. Pour cela, il faut aller à leur rencontre en rue et leur poser des questions, les faire répondre à une enquête ayant été conçue par de nombreux chercheurs et testée dans plusieurs villes d’Europe et des Etats-Unis.

« Quand nous voyons la véritable cause d’un problème,
nous en voyons aussi la solution » Guy Finley

Capture d_écran 2018-06-11 à 17.39.58Pour la mener à bien, besoin de citoyens: 

Pas moins de 300 citoyens se sont sentis touchés par cette cause et l’ont bénévolement rejointe. Une formation de quelques heures leurs a été offerte pour que chacun puisse avoir toutes les cartes en main afin de réaliser au mieux l’enquête.

Un questionnaire standardisé (VI-SPDAT), basé sur une recherche solide et déjà bien expérimenté sur le terrain a aidé à construire une base de données avec les noms, les conditions de santé ainsi que les histoires institutionnelles et sociales des personnes sans-abri. Et ce, conformément à la loi et dans le respect de la vie privée des personnes concernées. Il permet de classer les individus en fonction de leur vulnérabilité.

C’est donc bien préparées que les équipes de bénévoles ont pu partir en compagnie de leur team leader. Au terme de 3 soirées d’enquêtes et de 3 journées d’encodage de données, ils ont été rencontrer pas moins de 520 sans-abris dans la Région de Bruxelles-Capitale (dont 294 ont répondu en entier à l’enquête).

Résultats face à face pour un logement

Capture d_écran 2018-06-11 à 17.34.08

 

Première mission: se lancer un pari: mettre fin au sans-abrisme.
Deuxième mission: récolter des données pour un premier diagnostic – quel type de logement devra-t-on trouver, créer, inventer pour répondre au mieux aux besoins des personnes qui dorment actuellement en rue ?”
Texte de Audrey Renier

 Découvrez l’action en photo

Résultats alarmants

Les résultats sont alarmants. Sur les 294 sans-abris qui ont accepté de répondre à l’enquête de vulnérabilité:

  • 65% n’ont pas eu de logement stable depuis plus d’un an 
  • 51% sont sans revenu
  • 35% ont un problème de santé chronique, touchant des organes vitaux
  • 22% ne peuvent subvenir à aucun de leurs besoins vitaux (se laver, changer de vêtements, aller à la toilette, trouver de la nourriture et de l’eau potable)
  • 49% ont été attaqués ou battus en rue

Les chiffres sont interpellants. Un sans-abri sur trois vivant en rue à Bruxelles a un degré de vulnérabilité élevé. Presque un sur cinq ne peut subvenir à aucun de ses besoins vitaux, comme se laver, changer de vêtements, aller à la toilette, etc…

Ce sont quelques unes des constatations alarmantes de l’action « Face-à-face pour un logement ». Pour attaquer​ le problème de fond – le manque de logements – il est indispensable d’innover, d’imaginer de nouvelles solutions. C’est pourquoi la campagne fait à nouveau appel à l’enthousiasme et à la créativité des citoyens, en lançant le Challenge Citoyen 2018: ensemble, créons des logements!.

C’est dans le monde, au milieu de la foule, que nous trouvons notre premier sans-abri. Il est là, appuyé contre un arbre. Comme l’arbre, l’homme est chétif. Assis sur un carton, entre deux voitures en stationnement, non loin de petits bistrots branchés et bondés. Les passants défilent en tous sens, indifférents.
Texte de Pierre-Henry Coûteaux